Il n’aime que les pâtes ? L’été, les voyages et la qualité du temps passé en famille permettent de partager les découvertes culinaires sans restriction. Reste à savoir comment introduire la nouveauté ? Quelques idées malines…
 

Savoir introduire la nouveauté

L’amertume et les goûts forts du piment, de l’agneau ou de certains fromages ont peu de chance de séduire un enfant la première fois. Le passeport pour la découverte passe par le respect de ses goûts. Il faut donc savoir accepter un refus, tout en ne le considérant pas comme définitif. Le goût évolue, et à tous les âges de la vie !
 

Jouer du contexte

Un enfant qui refuse les moules au restaurant pourra en raffoler en mouclade (décoquillées et nappées d’une sauce crémeuse au safran). Un autre mangera du roquefort avec son grand-père mais pas à la maison… Les repas sont des moments particuliers où chaque famille développe ses propres codes, comportements et habitudes. Et ce, tant au niveau des horaires, que du contenu de l’assiette. En changeant de contexte, de lieu, de rythme de vie, tout peut changer.
 

Manger à la mode de…

Adopter les rituels du pays où l’on se trouve ou les recréer à la maison est très amusant et peut faire accepter la nouveauté des saveurs.
– A l’asiatique : laissez-le se servir lui-même dans les plats disposés au centre de la table, avec des baguettes pour les plus habiles. Faites-lui découvrir les pousses de haricot mungo – appelées à tort « pousses de soja » – la citronnelle et la coriandre, et se réconcilier avec les légumes, rigolos à manger sautés ou en rouleau de printemps !
– A l’africaine : tout le monde mange dans le même plat. Et il va adorer la sauce aux cacahuètes du mafé de poulet !
– A l’orientale : la ronde des mezze, ces petites entrées variées servies à l’est et au sud du bassin méditerranéen. Taboulé additionné de persil plat, caviar d’aubergine, staziki, tarama et houmous au rayon frais du supermarché.
 

Ensemble au marché

Dans les marchés locaux, il y a toujours de quoi nourrir l’étonnement :
– Sur l’étal du poissonnier, découvrir ceux que l’on n’a jamais vus qu’en carrés surgelés.
– Goûter sur place la différence entre les groseilles rouges et blanches ; entre un beaufort et un comté.
– A l’étranger, savoir reconnaître la carambole en forme d’étoile, la papaye au parfum suave, les mangues aux formes, couleurs et saveurs si diverses. Aux Antilles, on trouve la mangue-julie, ovale, aplatie, de couleur vert pâle, la reine-Amélie à la chair fondante, la mangue-pomme, joufflue et arrondie ou la mango-bœuf plus grosse et en forme d’ellipse.
 

Stimuler les 5 sens

– Le goût est indissociable des autres sens. Improviser un quiz avec ce que vous trouvez sur votre lieu de vacances : herbes de Provence, épices exotiques… Le candidat devra deviner l’épice juste à sa senteur.
– Associer ensuite l’enfant aux recettes : quelle herbe et quelle épice pour améliorer le goût et la couleur de cette sauce spaghetti ?

Pour plus de conseils et d’astuces, rendez-vous sur l’espace « vos coachings » et inscrivez-vous aux « Ateliers du goût ».
 

Barbecue et marinades

S’il faut éloigner les enfants du barbecue, en revanche, aucun risque à convier un petit cuistot aux marinades qui précèdent la cuisson. C’est lui qui saupoudre les épices et qui presse le citron sur les grillades de porc ! Expliquer à l’enfant que la marinade imprègne à cœur l’aliment qui se parfume et devient tout tendre.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.