Trop rond, votre enfant ? Trop joufflu ? Avant de vous inquiéter, et de le mettre au régime, révisez vos connaissances avec le professeur Patrick Tounian, spécialiste de l’obésité au sein du service gastroentérologie et nutrition pédiatriques à l’hôpital Armand Trousseau à Paris. Cette Interview fut offerte à Danone en mars 2004, je la partage aujourd’hui avec vous car elle est très enrichissante.

 

Comment surveiller le poids de votre enfant et son évolution ?

 

On ne surveille pas le poids de l’enfant en soi mais l’indice de masse corporelle (IMC), qui est calculé en divisant le poids par la taille au carré. Cet indice est le reflet de sa corpulence et de son adiposité. A partir de ces valeurs, le médecin peut définir si l’enfant est en surpoids, et son degré d’obésité éventuel (degré 1 ou 2).

 

Quelle est l’évolution normale de l’indice de masse corporelle ?

 

L’indice de masse corporelle (IMC) croît de la naissance à l’âge de 1 an, où il atteint un pic. A cet âge, les enfants sont souvent « rondouillards », c’est normal, car ils ne marchent généralement pas encore et se dépensent moins qu’après. L’IMC diminue ensuite jusqu’à l’âge de 6 ans, où il est à son point le plus bas. Puis il augmente à nouveau. C’est pour cette raison que, du point de vue de l’IMC, 6 ans est appelé « âge de rebond ». L’IMC évolue de la même façon pour les filles et les garçons.

 

Comment déceler un risque d’obésité ?

 

Parmi les adultes obèses, on a constaté que l’âge de rebond – c’est-à-dire l’âge auquel l’indice de masse corporelle augmente à nouveau – intervenait à 3 ans au lieu de 6. Plus le rebond est précoce (moins de 6 ans), plus le risque de devenir obèse est élevé. Cette précocité de l’âge de rebond est le meilleur critère prédictif de l’obésité. Il permet d’intervenir très tôt, avant que l’enfant ne soit gros.

 

Y a-t-il certains signes physiques précurseurs de l’obésité ?

 

Un physique dodu, un visage joufflu, sont rarement des signes précurseurs d’obésité, surtout jusqu’à l’âge de 2 ans. Les parents ne doivent pas s’alarmer inutilement. On peut noter cependant une prédisposition génétique : les enfants ayant un ou deux parents obèses présentent davantage de risques de le devenir que les enfants dont les parents sont minces.

 

Un enfant rond le reste-t-il toute sa vie ?

 

La majorité des enfants gros avant l’âge de 2 ans ne le seront pas à l’âge adulte. Le risque global de rester obèse à l’âge adulte augmente ensuite, il est d’environ 60 % entre 3 et 17 ans. Il n’y a pas de fatalité, mais l’évolution est dès lors difficile à maîtriser. Il est évident que la précocité de la prise en charge augmente les chances de succès. C’est le médecin traitant, pédiatre ou généraliste, qui généralement effectue cette prise en charge.

 

Quels conseils donneriez-vous aux parents en matière de prévention ?

 

Il faut habituer les enfants, sans toutefois les forcer, à avoir une alimentation variée et équilibrée et manger des légumes et des fruits, riches en fibres. Aucun aliment ne doit être interdit, ni diabolisé. Il est nécessaire de prendre un bon petit déjeuner chaque jour. Les parents doivent donner l’exemple en le faisant eux-mêmes.

Il est également important d’inciter les enfants à se dépenser. Contrôler le temps passé devant les écrans (télé, ordinateur) est nécessaire pour promouvoir l’activité physique de l’enfant. Pour plus d’information il est également possible de visiter notre Guide nutritionnel et alimentaire des enfants.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.