Avec les fêtes, couchers tardifs et excitation sont au programme ! Comment concilier ce rythme trépidant avec le repos indispensable pour bien entamer le second trimestre ? Quelques pistes pour y parvenir en douceur…

Quelques trucs pour adapter sa vie de famille au temps des fêtes!

Avant… on anticipe

La semaine qui précède les vacances, instaurez un rythme tranquille. Cela permettra d’anticiper l’excitation des fêtes et de commencer à récupérer de la fatigue du premier trimestre.

3/5 ans : ils se croient grands et ne veulent plus faire la sieste, pourtant, rien de mieux que quelques heures de sommeil en plus le mercredi et le week-end pour recharger les batteries. Un bon moyen de les convaincre : se coucher avec eux ! De préférence dans l’obscurité, en prétextant la lecture de leur livre préféré ou tout simplement un gros câlin avec papa ou maman. Et si le sommeil ne vient pas, le petit aura au moins bénéficié d’un moment de calme. Le soir, programmer le coucher une demi-heure plus tôt que le reste de l’année.

6/9 ans : il a un emploi du temps surchargé et pas question de «louper» une activité. Normal ! En revanche, inutile d’en rajouter en cette période. On évite donc d’inviter les copains à la maison et on décline les invitations à aller dormir chez la meilleure copine ! On consacre le temps libre à la lecture ou aux jeux calmes (type puzzle) et on privilégie les moments en solitaire avant les grandes retrouvailles familiales.

9/11 ans : pour profiter pleinement des fêtes et éviter le stress de fin de vacances, on essaie de régler la question des devoirs si possible avant le 25 décembre. Et, on veille à se coucher tôt, après une soirée calme. Sous-entendu sans ordinateur ni jeu vidéo.

 

Pendant… on adapte

L’idée ? Profiter des fêtes sans trop de fatigue. Le tout sans les brimer, car Noël c’est aussi la fête des enfants !

3/5 ans : transformez le moindre temps mort de ces journées marathon en pause repos. Un exemple ? Une petite sieste à l’arrière de la voiture avec maman en allant chez les grands-parents. Ou encore, une petite session dessin animée pendant que papa et maman préparent le grand départ chez papy et mamie. Et puis, on initie le grand jeu qui consiste à écouter le silence ! Chut…

6/9 ans : un petit bol d’air entre nous ! Entre deux jeux avec les cousins, rien de tel pour faire redescendre l’excitation qu’une petite balade main dans la main avec papa ou maman. Le bon prétexte ? Aller chercher le pain, il sera de plus valorisé d’avoir rendu service à la communauté. De la même manière, dès que le coup de pompe se fait sentir, on aménage un petit tête-à-tête bien au calme. L’occasion aussi de calmer les éventuelles tensions entre enfants, source d’énervement et donc de fatigue.

9/11 ans : à cet âge, le petit hic, c’est le coucher. Établir quelques règles de base : coucher «tardif» les soirs de fête, oui ! Mais à heure déterminée les autres jours. Et pour récupérer, une bonne grasse matinée tous les matins. Même s’il ne dort plus, la règle est de ne pas sortir de la chambre avant l’heure fixée par les parents. Pour le faire patienter au calme : pensez à lui préparer la veille quelques bédés à lire au réveil. Ou encore, suggérez-lui d’organiser «dans sa tête» la planification de la journée.

Après la fête de Noël, on récupère en famille!

Les fêtes au pied du sapin sont passées ? Il est temps d’amorcer un glissement vers le rythme scolaire, sans briser la magie des fêtes !

3/5 ans : petit bonus pour un dodo illico : un jeu calme que vous lui aurez offert pour Noël et une petite histoire «maison» retraçant les grandes étapes de la semaine précédente. Idéal pour glisser plus rapidement et avec le sourire aux lèvres dans une nuit réparatrice de 10 à 12 heures de sommeil.

6/9 ans : la reprise des loisirs, ce sera pour la rentrée. Pour le moment l’essentiel c’est : découvrir tranquillement ses nouveaux jeux, rêver et bien dormir. Le dîner sera pris au moins 1 heure avant le coucher, la digestion élevant la température corporelle qui doit être basse pour tomber dans les bras de Morphée.

9/11 ans : fixez des heures pour jouer, réviser les leçons (en fin de matinée ou milieu d’après-midi, ils retiennent mieux) et des activités calmes avant le coucher (9 à 10 heures de sommeil).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.