Nourriture divine chez les Mayas, mode passionnelle à la cour du Roi-Soleil, remède contre la neurasthénie au 19e siècle… Aujourd’hui classé au rang des plaisirs gustatifs les plus convoités, qu’on le préfère noir, au lait, liquide en mousse… on craque tous pour l’autre or noir. Et les scientifiques nous donnent raison.

En effet, les études menées au cours des deux dernières décennies semblent prouver que le chocolat a décidément de nombreuses qualités. Et le public ne s’y trompe pas !

44% des Français en consomment quotidiennement, tandis que 73% se déclarent plus heureux après en avoir mangé un carré. Un plaisir qui évolue avec l’âge et les envies : de 4 à 7 ans, les enfants aiment le chocolat blanc et le chocolat au lait ; de 8 à 10 ans, ils penchent pour le chocolat au lait et noisettes hachées ; les 12-13 ans aiment le chocolat avec du riz soufflé ; les femmes adultes sont fans des chocolats fourrés ; les hommes enfin sont adeptes du chocolat noir amer.

 

Pourquoi nous fait-il tant de bien ?

Le chocolat contient des substances aux effets dynamisants et euphorisants, à l’action stimulante sur le système nerveux central et cardiaque. Il contient aussi une substance au rôle anti-dépresseur. Il contient enfin de la caféine aux effets tonifiants, et de la sérotonine pour l’efffet anti-stress.

Objet de gourmandise et de satisfaction, le chocolat est un cadeau que l’on se fait à soi-même, une petite récompense qui provoque la production par le cerveau de dopamine et d’endorphines, substances impliquées dans la sensation de plaisir. Sans compter sa teneur intéressante en magnésium (relaxant), phosphore, potassium, fer et vitamines du groupe B…

Alors, le chocolat serait-il « l’aspirine » de demain ? A suivre ! En attendant, le chocolat est apprécié en France pour ses qualités gustatives, anti-dépressives et apaisantes, tandis que nos voisins transalpins l’associent à la sensualité et lui prêtent des vertus aphrodisiaques. Il est le plus souvent lié à de doux souvenirs d’enfance et de fête : goûters, Noël, Pâques, desserts généreux… Autant de raisons de se faire du bien et de ne pas tenter de lutter contre nos envies de chocolat. Comme le disait joliment un médecin, le chocolat est «un modèle de l’addiction efficace et sans danger», à condition bien sûr de ne pas en abuser !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.