Être parent n’est pas inné, et il n’y a pas d’école pour apprendre à le devenir ! Le plus important dans cet apprentissage? Rester à l’écoute de son enfant pour respecter ses rythmes, accepter sa personnalité et lui faire confiance.

Respecter ses rythmes, et ses besoins

Pour rester en forme, un enfant a besoin que l’on respecte son horloge interne. Dès lors que le petit est en bonne forme physique et psychologique, son corps perçoit ce dont il a besoin (en quantité comme en fréquence), et s’autorégule. Aux parents d’être à l’écoute des besoins de chacun et de composer sans perdre de vue quelques règles élémentaires de bon sens.

Dormir

Jusqu’à 4-5 ans la sieste est essentielle : elle permet de récupérer au cours d’ une journée d’activités et de « fixer » les apprentissages. S’il ne dort qu’½ h à la sieste, avancez son heure de coucher, il doit avoir son compte de sommeil (10-12 h vers 4-5 ans, 8-10 h vers 10 ans), à horaires stables. Si votre bambin est « du soir », profitez des vacances pour décaler (d’une heure par exemple) le moment d’aller au lit : il sera plus en phase avec son rythme naturel.

Manger

Estomac sans fond ou appétit d’oiseau, à chacun sa faim. S’il n’est pas carencé, respectez qu’il picore. Un enfant ne se laisse pas mourir de faim. Mais surveillez les gros appétits pour éviter le surpoids. Les enfants ont également une capacité d’adaptation impressionnante et les parents doivent apprendre à faire face à des pathologies qu’ils mettront eux-mêmes en place sans s’en apercevoir. Par exemple, certains vont tolérer que leurs enfants mangent peu à l’heure du souper, mais vont quand même leur permettre de profiter de confiseries ou dessert entre les repas ou en fin de soirée. Le résultat est que les enfants mangent moins, car ils savent qu’ils seront rassasiés plus tard.

Même si votre enfant boude le petit-déjeuner, respectez au maximum les apports énergétiques et leur répartition (petit-déjeuner : 15 à 20 %, déjeuner : 35 à 40 %, goûter : 15 % dîner : 30 %.). Par exemple, donnez-lui du lait au lever et une barre de céréales juste avant l’école. Etre parent, c’est aussi apprendre à composer ! Pour plus d’information, jetez un coup d’oeil à notre texte sur l’alimentation des enfants de 4 à 12 ans.

Apprendre

Chaque enfant a son rythme de maturation, d’assimilation. Fixez-lui des objectifs réalistes et faites-lui comprendre que ses erreurs sont des étapes normales de son apprentissage. Si votre enfant vous semble rêveur à certains moments de la journée, laissez-le faire. Cela fait partie de son processus d’apprentissage. Attention tout de même aux petits paresseux qui en profitent pour ne pas être trop sollicités.

Faire et refaire…

Des repères stables (ses parents et les gens qui s’occupent de lui, des habitudes régulières, un environnement connu, répéter une inlassablement une action, vouloir regarder un film en boucle…) sont nécessaires pour rassurer et sécuriser un enfant. Laissez-le faire et prenez votre mal en patience, ses « passions » sont cycliques.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.