Après 12 ans, l’enfant est en phase de transition avant l’âge adulte. L’adolescence est marquée par des pics de croissance impressionnants où les besoins atteignent leur apogée. Inutile de s’étonner, l’adolescent « engloutit tout sur son passage ».

Ses besoins spécifiques

L’enfant s’affirme, mûrit et ses besoins en énergie, nutriments, vitamines et minéraux sont importants, aussi élevés que ceux d’un adulte. Il en va de même chez l’adolescent, qui lui aussi a des besoins caloriques grandissants. Mais manger beaucoup ne doit être synonyme de manger « mal ». Trois repas structurés avec une collation dans la journée restent la base d’une alimentation équilibrée, même si cette structure est difficile à maintenir à l’adolescence. Indispensable, le petit-déjeuner doit être considéré comme un repas à part entière. Premier repas après une nuit de jeûne, il est indispensable pour recharger ses batteries et limiter le « coup de pompe » de 11h.

 

Quelques conseils santés à retenir

Pour la constitution de sa masse musculaire, les protéines contenues dans la viande, le poisson, les œufs et les produits laitiers sont à privilégier au quotidien, tandis que le calcium et la vitamine D poursuivent leur travail de construction du squelette.

Les apports en lipides doivent être contrôlés, car consommés en excès, ils peuvent contribuer au développement d’un surpoids voire d’une obésité. Il faut notamment se méfier des graisses  » cachées  » dans les aliments, plus difficilement détectables que les matières grasses d’ajout.

Les adolescents doivent également faire attention à l’excès de sucre et particulièrement aux boissons sucrées. Par-contre, les glucides complexes (riz, pâtes, semoule,pains, biscottes, biscuits secs, légumes secs, pommes de terre…) sont à privilégier. Par leur effet rassasiant, ils permettent de combler l’appétit.

 

Alimentation de l’adolescent : En pratique !

En aucun cas réservé aux adolescents, le lait et ses dérivés restent capitaux à raison d’au moins 3 à 4 portions par jour en alternant les variétés consommées : lait, yaourts, fromages blancs, fromages, petits suisses…

Pour garantir un apport satisfaisant de vitamine D, le poisson doit figurer au menu 2 à 3 fois par semaine. Pour leur apport en vitamines (particulièrement vitamine C) et en fibres, les fruits et légumes doivent être présents à chaque repas.

Sources de calories et n’apportant ni vitamines ni minéraux, les boissons sucrées doivent rester un plaisir occasionnel et non une habitude.

La restauration rapide type fast food, sandwicheries, friteries… ne doit pas faire l’objet d’interdits mais rester occasionnelle. La pratique régulière d’un sport augmente les dépenses et surtout développe la masse musculaire au détriment de la masse grasse.

 

Les apports nutritionnels conseillés

Les besoins énergétiques d’un adolescent sont de l’ordre de 2500 à 3500 calories par jour, à déterminer en fonction de son activité physique quotidienne.

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.