De 50 à 65 ans, l’homme est considéré comme un « jeune senior ». En cette période de la vie, il doit accroître l’attention portée à son alimentation, afin de préserver son capital santé, tant physique qu’intellectuel.

 

Les besoins alimentaires spécifiques de 50 à 65 ans

S’il ne soigne pas son alimentation, le senior tend à prendre du poids. L’excès de masse grasse en des zones sensibles (l’obésité abdominale notamment) l’expose particulièrement aux pathologies comme le diabète, l’hypertension artérielle, les maladies cardiovasculaires…Variété et équilibre alimentaire sont toujours de rigueur !

Comme pour l’homme sédentaire, ses apports en lipides ne doivent pas dépasser 30 % de son apport énergétique total soit en moyenne 80 g de graisses par jour, incluant les graisses ajoutées (1 cuillère à soupe d’huile = 10 g, 1 noisette de beurre = 5 g) et les graisses  » cachées  » qui sont déjà contenues dans les aliments (une part de camembert = 7 g de lipides). La qualité des graisses consommées a aussi son importance puisque qu’à cet âge surviennent parfois des problèmes de santé liés au métabolisme des graisses et au troubles du cholestérol (hypercholestérolémie, insuffisance cardiaque et autres maladies cardio-vasculaires … Pour plus d’information sur l’hypercholestérolémie, voir Pas tous égaux devant le cholestérol). Il faudra donc privilégier les matières grasses d’origine végétale (huile, margarine), source de vitamine E et d’acides gras essentiels qui exercent un effet préventif sur ces pathologies. Les plats en sauce, les ragoûts, les morceaux de viandes gras (entrecôte, cuisse de poulet… ), les charcuteries, les fromages…doivent être consommés avec modération. Le poisson devrait figurer au menu 2 à 3 fois par semaine.

Par ailleurs, n’oublions pas que le sel reste un facteur de risque important chez les sujets hypertendus. Il faut donc veiller à ne pas trop saler les plats, ni à table ni en cuisinant, et à limiter la consommation d’aliments riches en sel (charcuteries, fromage, aliments fumés ou séchés…).

La consommation de boissons alcoolisées n’est pas à bannir, mais tout est question de modération ! Boire 2 verres de vin rouge par jour reste raisonnable. Des apports en vitamines suffisants sont également importants pour limiter les effets de l’âge, un verre de jus d’orange le matin ou des fruits sont un bon moyen d’avoir des apports satisfaisants en vitamine C.

 

Le guide alimentaire en pratique

Pour le maintien de son état de santé général, le senior doit conserver une activité physique régulière. Marche, vélo, jardinage, bricolage… doivent faire partie de son quotidien. C’est également un facteur reconnu pour réduire les risques de maladies cardiovasculaires et de cancer. La retraite ne doit pas se traduire par une diminution d’activité physique, mais par une adaptation à un nouveau rythme de vie.

Selon le degré d’activité physique, ses besoins énergétiques varient entre 2250 et 3400 kcal par jour.

 

 

A propos de l'auteur

Articles similaires

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.