Les besoins énergétiques de la femme allaitante sont encore plus élevés que ceux de la femme enceinte car elle doit couvrir ses propres besoins et donner au bébé, par le lait, tous les éléments nécessaires à son développement. Le lait, dont la production est estimée à 750 g/jour en moyenne, peut suffire à couvrir tous les besoins du bébé pendant les 6 premiers mois.

Outre des dépenses énergétiques accrues, la maman qui allaite a des besoins plus importants en la plupart des nutriments, notamment les acides gras essentiels, et la plupart des vitamines et minéraux.

Enfin, la lactation augmente fortement ses pertes hydriques. Durant la période d’allaitement, la femme doit veiller à boire abondamment de l’eau tout au long de la journée.

 

L’allaitement, la nutrition et l’alimentation équilibrée

La femme allaitante aura donc une alimentation équilibrée et suffisante en particulier en ce qui concerne les nutriments dont les besoins augmentent pendant cette période.

Les acides gras essentiels (en particulier les oméga 3) participent au développement du cerveau du nouveau-né. On les trouve dans les huiles végétales (colza, noix et soja, huiles combinées) et les poissons gras (saumon, maquereaux, sardines) qui contiennent également de la vitamine D.

Le magnésium est utilisé en grande partie pour la lactation (2/3 des apports journaliers) aussi les besoins de la maman sont-ils augmentés de 30 mg par jour, soit environ 8 %. Ce magnésium est présent dans les produits céréaliers complets, les légumes secs et les oléagineux (noix, noisettes, amandes), le chocolat et certaines eaux minérales riches en sels minéraux.

Les vitamines B1 (viande, poisson, riz) et B3 (viande, poisson) sont indispensables au bon fonctionnement cellulaire et interviennent au niveau de la croissance, de l’énergie et de la respiration.

Le calcium (produits laitiers) participe à la construction du squelette du nouveau-né, mais il est inutile d’en accroître les apports, car des mécanismes d’ajustements internes chez la mère (augmentation de l’absorption intestinale et de l’utilisation du calcium des os (la diminution des réserves de ce dernier seront compensées par la suite) permettent de produire un lait qui couvre les besoins du bébé.

 

En pratique

La femme allaitante doit donc manger de façon variée, avec des apports en produits céréaliers, complets si possible (pâtes, riz ou pain complet), en légumes secs (lentilles, pois cassés, haricots secs…), en fruits et en légumes frais. Mais aussi des abats et de la viande, afin de couvrir les besoins en protéines, en fer et en vitamine A notamment et un produit laitier à chaque repas.

Il est important de varier la consommation de matières grasses en privilégiant celles d’origine végétale (huile, margarine) et de consommer du poisson à raison de 2 ou 3 fois par semaine notamment des poissons gras (maquereau, saumon, sardines). Enfin, il est nécessaire de boire 1,5 litre à 2 litres d’eau riche en minéraux, chaque jour.

 

Les apports nutritionnels conseillés durant l’allaitement

Durant la période d’allaitement, on estime que les besoins énergétiques de la maman sont de l’ordre de 2250 kcal par jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.