L’adolescence se caractérise comme une phase de bouleversements, de maturation physiologique mais aussi psychologique. Entre 4 et 12 ans, l’enfant s’affirme et ces changements peuvent provoquer certaines modifications du comportement alimentaire et ce particulièrement chez les filles, attentives à leur corps. Durant cette période de leur vie, les adolescentes peuvent développer de nombreuses pathologies alimentaires, c’est pourquoi qu’il est recommandé d’apporter une attention toute particulière à leur alimentation et qu’il est important de bien connaître leurs besoins nutritionnels.

 

Ses besoins spécifiques de l’adolescente

En pleine croissance, une adolescente a des besoins énergétiques élevés. En conséquence, certaines mangent des quantités impressionnantes de nourriture. D’autres se restreignent pour « ne pas grossir ». Il faut éviter les comportements excessifs dans les 2 sens, et choisir les aliments qui correspondent le mieux aux besoins nutritionnels, en les répartissant harmonieusement sur la journée (4 repas équilibrés dont 1 goûter). Durant cette période de croissance, avoir une alimentation riche et saine est essentiel pour le bon développement mental et physique de l’adolescente.

 

Quelques conseils santés à retenir

L’apparition des premières règles entraîne une perte importante de fer, constituant essentiel des globules rouges. Les besoins s’élèvent donc à 16 mg par jour et doivent être couverts par une consommation suffisante mettre de viandes. Les apports en vitamines B9 et B12, au rôle anti-anémique, doivent également être augmentés.

Lors de l’adolescence, l’acteur principal de la construction du squelette, le calcium est indispensable au quotidien. Il constitue le capital osseux de l’adolescente, qui l’aidera à se protéger tout au long de sa vie des risques de déminéralisation osseuse et d’ostéoporose. Un apport satisfaisant de protéines, importantes pour la constitution du tissu musculaire, contribue également à amoindrir ces risques futurs d’ostéoporose.

Source d’énergie et à effet rassasiant, glucides complexes (aliments céréaliers, légumes secs) sont indispensables à chaque repas.

 

En pratique

La mise en garde est de rigueur à propos des régimes trop restrictifs et non suivis médicalement. Si son alimentation est pauvre, l’adolescente s’expose à des risques de carences nutritionnelles préjudiciables à sa vie future.

Il est important de conserver ou d’instaurer de bonnes habitudes alimentaires chez l’adolescente, en mangeant de tout, en quantité suffisante :

• au minimum 4 produits laitiers par jour en alternant lait, fromages, yaourts, fromages blancs, etc,
• de la viande ou du poisson au minimum 1 fois par jour,
• un produit céréalier ou une part de féculents ou légumes secs à chaque repas,
• des légumes en abondance à chaque repas,
• au minimum 2 à 3 fruits par jour,
• des matières grasses : ni trop ni trop peu.

Boire régulièrement de l’eau au cours de la journée doit être un réflexe. Choisir une eau fortement minéralisée contribue à couvrir les besoins en sels minéraux, notamment en calcium et en magnésium.

 

Les apports nutritionnels conseillés

Ses besoins énergétiques varient de 2 250 à 3 000 Kcal par jour, en fonction de son activité physique qui, comme chez l’adolescent, lui est vivement recommandée.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publié.